Traditions.Le costume traditionnel des Aures.


Image hébergée par servimg.com
Le costume traditionnel des resplendit d’une beauté, sobre encouragée par la nature de la région. On découvre alors un costume féminin fait d’une large chemise aux manches amples appelée le Maqdha dont le métrage égale deux fois la personne qui le porte. Le tissu est replié sur lui-même et les côtés sont cousus sur toute leur longueur, hormis au niveau des bras. Une fente permettra le passage de la tête, la chemise en cotonnade unie est fendue sur vingt centimètres au niveau de la poitrine souvent de couleur marron ou bien rose.

La Tâjbibt est la robe du dessus. elle est enfilée sur le maqdha. c’est une sorte de gandoura de même genre que la précédente mais sans manches rapportées, réalisée en cotonnade de fantaisie. Les femmes dans un souci d’élégance en mettent plusieurs différentes.

En avoir beaucoup est un signe de richesse. Les azriyat (femmes libres) en portent trois ou sept.

Le El-Hâf est la pièce essentielle du costume. La robe du dessus est un vêtement flottant qui s’apparente au Peplos Dorien (habit grec) cité par Hérodote.

Le El-Hâf est fait d’une pièce d’étoffe de dix mètres de long dont la largeur dépasse quatre-vingt centimètres. Cette pièce est coupée en deux parties égales qui sont assemblées sur toute la longueur par une couture.

Le El-Hâf est conçu dans une cotonnade noire. Pour la ceinture, elle est travaillée exclusivement par la femme auresienne qui la tresse dans de la laine multicolore. Celle-ci sera ensuite enroulée autour de la taille et nouée sur le côté.

Le Tajdidh est usité comme manteau d’hiver, on le retrouve sous la forme d’une pièce d’étoffe qui enveloppe les épaules et tombe aux chevilles.

Il est tissé par les femmes dans une laine blanche et épaisse, ornée parfois de bandes brunes qui tombent vers le bas. Les deux extrémités du manteau sont accrochées entre elles par une broche: « l’amessak ».

L’0ugâ est aussi tissé d’une manière exclusive par les femmes, c’est d’ordinaire un tajdidh de fine )aine blanche ou plus rarement en soie blanche qui est mis durant les fêtes et les cérémonies.

Le Kettaf , vêtement de même genre que l’ougâ, avec cette différence que ce ne sont pas les femmes qui le réalisent.
Ce sont deux étoffes de soie, réunies entres elles sur toute la longueur et dont le métrage dépend de la taille de la personne.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s