YENNAYER Chachnaq 1er ouvre l’ère Berbère


YENNAYER Chachnaq 1er ouvre l’ère
Berbère.

Le 12 janvier correspond au début du nouvel an berbère. On est déjà en 2959. L’histoire qu’on retient du calendrier berbère est celle-ci : le roi berbère Chachnaq avait refoulé les troupes de pharaon qui avaient tenté une énième invasion, à la frontière égypto-libyenne. Chachnaq, à la tête de son armée, avait vaincu le roi Ramsès III. Les pharaons ont de tout temps essayé de conquérir les territoires berbères, mais vainement. Cette histoire bien qu’elle reflète un événement historique bien ancré dans les traditions de nos ancêtres, paraît avoir une plus longue portée.
En effet, cette date du 12 janvier est fêtée partout, mais de manières différentes. Dans l’ensemble, elle marque la rupture entre les réserves alimentaires cumulées durant l’année. Les Chleuhs, Chaouis, Mozabits,Targuis, Kabyles et même les populations des régions arabophones comme l’Oranie, la Mitidja , le célèbrent. Chez les kabyles, il se traduit par la consommation de toutes les réserves alimentaires et est souvent précédé de dons de denrées alimentaires entre familles et même de déjeuners collectifs. On note que la réserve alimentaire chez les berbères symbolise une autonomie annuelle, une façon à eux de parer à toutes mauvaises surprises (temps durs d’hiver, guerres, mauvaises récoltes…). Des plats traditionnels qui diffèrent d’une région à une autre sont préparés. Les kabyles préparent généralement du couscous et sacrifient un coq d’élevage traditionnel. Les petits enfants se voient offrir de nouveaux habits. Les familles se rassemblent à l’occasion. Yennayer est une journée assez particulière pour les femmes aussi, où elles s’adonnent à des chants traditionnels serinés, youyous…Il semblerait que certaines régions d’Algérie fêtent le nouvel an berbère sans pour autant savoir ce que cette date symbolise. Yennayer semble résister au temps et perpétue une coutume ancestrale. Cette date régit avec exactitude les lois de la nature, à savoir le calendrier agraire, puisque dans la foulée de la fête les hommes prospectent leurs terres. Le Berbère est en rapport direct avec la nature. L’année est répartie d’une manière minutieuse, jour par jour, semaine par semaine et saison par saison. Le calendrier agraire est adopté par beaucoup de peuples qui se sont frottés aux berbères, et partout où les Berbères se sont sédentarisés, ils ont apporté leur savoir partout dans le monde.
Le calendrier berbère semble indiquer au fond une civilisation ancestrale, une identité millénaire dotée d’un savoir inestimable.
Hafit Zaouche
L’Yennayer par Samia qui aime ses traditions.

Le Yenneyer est une date très importante pour ma famille. Mon est de Tlemcen;là bas,on le fête avec un diner copieux et une soirée qui rassemble toute la famille autour d’une panière de fruits secs. Mais c’est certainement dans le village de Beni-Snous qu’on le fête le plus féeriquement,par l’organisation du carnaval d’AYRED (lion en berbère),qui va permettre de mesurer le courage et la puissance des jeunes villageois. Ceux-ci vont porter des masques d’animaux (en peaux de chèvre,ou de mouton etc…) et ne seront pas identifiés. Ils chanteront,danseront et courront derrière les gens dans la rue,puis passeront de maison en maison pour recevoir des offrandes,qui une fois collectés, vont être distribués discrètement aux plus démunis. C’est un merveilleux spectacle qui montre à quel point les algériens restent attachés à leurs traditions ancestrales,même si celles-ci sont parfois païennes.
Ma mère qui est de Chechell,est,à son échelle,la gardienne des traditions de sa ville natale. Chaque année pour le yenneyer (appelé aussi laadjouza),elle prépare un plat appelé thrida,fait de feuilles de pâtes roulées,décoré de morceaux de poulet,de pois chiche et arrosées d’une délicieuse sauce blanche.
Après de diner qui a réunit toute la famille (parents,enfants et petits enfants),on s’installe au salon,par-terre (très important),autour d’une grande qasâa de fruits secs et friandises en tout genre. S’il y a un nouveau né (moins d’un an),on le dépose au milieu et on verse délicatement le contenu de la qasâa sur sa tête et autour de lui. C’est pour lui augurer une vie riche et abondante.
Voilà,je voulais partager cela avec vous,car l’article est très instructif !
Bonne soirée.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s