Mila, Fête du couscous : Préserver et valoriser le patrimoine culinaire algérien.


Mila, Fête du couscous : Préserver et valoriser le patrimoine culinaire

La Fête du couscous a pour objectif de transmettre un savoir-faire ancestral faisant cruellement défaut et le peu d’intérêt aux jeunes générations pour ces plats traditionnels, sont une menace pour leur survie

Qu’on l’appelle seksou, couscous, naâma, taâm ou berboucha, il s’agit du même plat, fabriqué selon les mêmes procédés depuis des millénaires, même s’il est servi ou accommodé de mille façons. Les habitants de l’Afrique du Nord connaissent le couscous depuis la nuit des temps, une période que les spécialistes situent entre 238 et 149 ans avant J.C. Le couscous constitue l’alimentation de base des maghrebins et leur plat national, intimement rattaché à leur mode de vie et leurs traditions nées autour de leur activité principale, à savoir la culture des céréales en général et du blé dur en particulier, le couscous constitue un repas complet car il allie la semoule cuite à la vapeur, aux légumes secs tels que le pois chiche (hommos), les fèves et les légumes frais, ainsi que les viandes. « Nos ancêtres ont su ainsi accommoder les aliments dont ils disposent dans un seul plat à haute qualité nutritive et présentant également les qualités du goût et la bonne digestion »
Les citoyens, qui étaient nombreux à l’ouverture de cette septième édition de la fête du couscous, adhèrent totalement à la tenue de cette manifestation dans leur ville, compte tenu de la place qu’occupe le couscous dans leur vie, un plat présent au quotidien et plus particulièrement lors des fêtes, des décès et des rencontres familiales. le couscous réunit toute la famille au moins une fois par semaine et cela demeure l’une des traditions qui réunit la plupart des Algériens de toutes les régions.
Selon Mme Medjdoub, le couscous aux herbes des champs, préparé en hivers, aide la femme qui vient d’accoucher à retrouver rapidement ses forces, outre qu’il garde une saveur incomparable. Une autre concurrente de Jijel a présenté diverses recettes de couscous au mérou, à la sardine et autres variétés de produits de la mer. Mme Tahtal de Annaba, pour sa part, représente la wilaya hôte de Mila intimement liée au couscous m’haouar servi avec une sauce blanche. Le couscous m’haouar, aux graines fines d’un blanc éclatant, est spécialement préparé pour les fêtes ou les grandes réceptions. Il est roulé sans utilisation de semouline, réservée pour le couscous destiné à la réserve pour la consommation annuelle « el aoula », précise-t-on.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s