Le « Gumbri .


Le « Gumbri

Le « Gumbri » est un instrument de musique séculaire à la base de la musique et de la danse « gnawa ». Ses airs, tantôt langoureux, tantôt rappelant le tempo des percussions, ont empli ces dernières années la scène artistique aussi bien en Algérie qu’à l’étranger. Très répandu dans les pays du Maghreb, cet instrument est apparu en même temps que l’art « gnaoui », vers la fin du 16è siècle, selon certains chercheurs et historiens.

Dérivé du « N’Goni » des griots africains, il est formé, la plupart du temps, d’un manche rond parfois courbé et qui s’incruste à une caisse de résonance piriforme (en forme de poire), recouverte d’une peau de dromadaire tannée, celle du cou du camélidé.

Frappée rythmiquement par la main droite du musicien, en même temps que les cordes, elle laisse l’instrument donner la quintessence de ses sons, faits de percussions et de notes aux tonalités variées.

La caisse de résonance, qui mesure soixante centimètres de long, vingt de large et quinze de profondeur, est traversée par un manche d’environ un mètre, et est fabriquée à base de bois d’acajou ou de noyer.

« Les anciens adeptes du gnaoui avaient, eux, une préférence pour le bois de peuplier », indique Brahim Rezzoug, l’un des grands maîtres de ce genre de musique.

Les cordes de cet instrument séculaire sont fabriquées à partir de boyaux d’un animal sacrifié suivant un rituel propre aux gnawa. Cependant, ces derniers temps, ces matériaux naturels sont remplacés par du fil de pêche.

Les trois cordes de cet instrument sont tendues par des chevilles en bois taillé au canif, ce qui offre à la table chromatique du Gumbri, une plage de notes de basse fréquence.

Au cours des longues soirées de transe, le « Maalem » (le maître des cérémonies), est l’unique joueur de Gumbri. Il est accompagné et soutenu dans son jeu par d’autres musiciens qui jouent des « Krakeb » (de grandes castagnettes métalliques) et d’un gros tambour.

Ce chef d’orchestre dirige la transe des adeptes, lors de rituels nocturnes appelés « lila » mêlant la fête à l’action thérapeutique, supposée aider l’adepte à évacuer son stress et à se débarrasser de certains de ses maux.

A Bechar, où le gnaoui est dans son environnement social et culturel naturel, on compte de nombreux fabricants de Gumbri, qui se décline sous différentes versions et formes, et reste très demandé par les touristes de passage dans cette belle région du Grand Sud algérien.

Confiants sur l’avenir de cet objet du patrimoine culturel immatériel, les jeunes fabricants estiment que la préservation du processus artisanal de fabrication de cet instrument traditionnel contribuera à sa sauvegarde et à la pérennisation d’une tradition et d’un métier séculaires.
Ramendeux.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s