LES ALLEES COUVERTES D’AÏT RHOUNA…


1c_690833304
LES ALLEES COUVERTES D’AÏT RHOUNA…

Patrimoine – Ces allées couvertes ou dolmens, au nombre de 14 dans toute l’Afrique du Nord, datent de la préhistoire, environ 3000 ans avant J.-C.
Sur ces 14 monuments funéraires mégalithiques qui se trouvent en Afrique du Nord, 8 ont été dénombrés au village d’Aït Rhouna, à 14 km du chef-lieu de la daïra d’Azeffoun et 6 autres à Ibarissen, à 8 km à l’ouest de Toudja, dans la wilaya de Béjaïa. Des allées de ce genre, connues sous le nom de tombes géantes, ont été découvertes aux îles Baléares et en Sardaigne, selon des archéologues de la région. Les allées d’Aït Rhouna ont été répertoriées, en 1961, lors des fouilles menées par des archéologues français, à leur tête Gabriel Camps.
Ce sont des tombes collectives composées d’une voûte construite avec de grosses pierres taillées, et en dessous un long couloir couvert par des dalles en pierre. Ce couloir peut contenir plusieurs corps. Ces allées mesurent jusqu’à 15m de long, avec une largeur ne dépassant pas 1,5m et une profondeur allant jusqu’à 7 ou 8m.
Certains de ces monuments funéraires mégalithiques, qui sont dispersés et répartis sur trois sites (ou endroits) au niveau du village d’Aït Rhouna, ont subi d’importants dégâts ces dernières années, à cause du manque d’entretien, mais aussi de l’urbanisation anarchique qu’a connue ce village. Une carrière d’exploitation d’agrégats, ouverte en 1990 dans la région pour les besoins d’enrochement des ports de Tigzirt et d’Azeffoun, a également accéléré la dégradation de ces monuments. Une fois le mal fait, elle a été fermée en 2007, après plusieurs démarches des habitants du village. Sur les huit monuments, cinq sont dans un état de dégradation avancée, les villageois y recourent pour extraire des pierres qu’ils utilisent dans leur construction, ignorant que par ce geste, c’est une page de notre histoire qui risque de disparaître.
La sixième sépulture, située à environ 200m à l’ouest du village est constituée de deux niveaux séparés par un dallage bien agencé. Les deux autres tombes n’ont pas été explorées, elles sont ensevelies sous des amas de terre et de pierres et sont difficilement accessibles. Conscients de la valeur de ce patrimoine archéologique inestimable, mais aussi et surtout de l’importance de le préserver, les membres de l’association Ivahriyen qui œuvrent pour la protection de ce site archéologique, ont pris l’initiative en 2008 de saisir les autorités locales pour le classement de ce site en tant que patrimoine national protégé.
C’est ainsi qu’en 2009, la direction de la culture de la wilaya de Tizi Ouzou a fini par élaborer un dossier complet proposant au ministère de tutelle le classement du site archéologique d’Aït Rhouna patrimoine national protégé. Le classement de ce site permettra de restaurer les entrées de ces allées, et de mieux les entretenir. En outre, le classement des allées couvertes d’Aït Rhouna serait d’un apport non négligeable pour le tourisme dans la région, dans la mesure où ce site constituerait une attraction.

Par : Brahim Mahdid

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s