Les voeux du Bédoin.


02-12546-petit-bedouin-de-bensrour

Triste, en Algérie,
Loin de sa patrie,
Sur sa galerie
La Dame rêvait….
Plus rêveur, et presque
Aussi romanesque,
Au balcon mauresque
L’Arabe arrivait.

— « Quel vent de la plaine
» Dans Alger t’amène,
» D’un burnous de laine
» Bedouin mal vêtu?
» Lorsque tu t’évades
» Des tentes nomades,
» Sous nos mille arcades
» Bedouin que veux-tu?

» Par la ville blanche
» Où l’amitié franche
« Jamais ne s’épanche,
Qui te pousse, hélas !
Laissant tes fontaines,
Tes forêts de chênes,
Poursuis-tu des haines
Si loin de l’Atlas!

Viens-tu par bravade
Tenter l’escalade,
Quand la fusillade
Te menace au loin?
Traversant les fleuves
Et nos villes neuves
Sans que tu t’émeuves,
Que veux-tu, Bedouin?

— » Je veux une femme,
» Un coursier plein d’âme, »

Une bonne lame!
— » Fuis cette cité!
» Le cheval s’y cabre;
» L’air rouille le sabre.
» Et l’ardent cinabre
» Farde la beauté. »
Le fils du Kabyle
Quitte alors la ville.
Du Irais péristyle
On le suit des yeux….
Il poursuit son rêve:
Houri, coursier, glaive.
Mais sur quelle grève
Trouvera-t-il mieux?

Poèmes algériens et récits légendaires Par Victor Bérard – 1858.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s