VOCABULAIRE CITADIN ANCIEN(PARLER ALGEROIS) .


Amrouni Amel Blida

VOCABULAIRE CITADIN ANCIEN(PARLER ALGEROIS)

-On peut inclure à la liste des mots qu’il faudrait bannir du parler algérois le mot « Gââ ». On dit plutôt El-koul, ou kamel, selon le cas.
-Tous comme vous êtes:se dit plutôt  » kamel kima rakoum », et non pas gââ .
-« El koul rahou », et non pas gââ rahou, pour « ils sont tous partis ».
-On désignait un adolescent par « 3aouizeb » et pour la fille c’était « 3aouitka »
-« Rani madji  » au lieu de  » Rani djaye  »
-« El helfa rahi fi dahrek » c’est à dire qu’une bonne raclée t’attend.
-« Ntyer el maa » pour désigner un rapide tour aux toilettes et « Nseffi kerchi » pour faire ses besoins.
-« Netbet » au lieu de nechfa,(se souvenir)
-« Serwal m’dewwer », et non pas serwal elloubiya
-« Lekhyama » et non pas Elcousina, Lemsel’ha et non pas le balai.
-Khoukhi et non pas rose, « Zendjari », couleur brun moirâtre… Il y avait  » El Quat » et  » El Qouiyat ».
-Bit erraha (lieux d’aisance)) ou chichma (Hachakoum) et non pas toilit,
-Tebsi avec un T ou tbissi pour les petites assiettes, gana et non pas tanit, mektoub et non pas djib (la poche), yerta3 et non pas yerdha3, do9aet non pas doka, twelwil et non pas zgharid, fi 3ot et non pas fi 3od (au lieu),
-Nendjem et non pas negder, tati et non pas tabess (baisses-toi).
– nwassiwau lieu de ndir, naa3mel ou nekhedmou
-Ni iya ni arouah, les algérois disent plutôt Adji. En effet, iya et arouah se sont greffés au parler algérois bien plus tard. Quant au mot Adji, il n’est que rarement utilisé.
– Wachrahou moula bitek ? et non pas Wachrahou rajlèk.
On dit également : « wach rahi djamletkoum? » et non pas « wachrahoum la famille? »,s’tira, k’ssikess, 3am Hidous, 3am de9youss (lol),on dit la3rous et non pas la3riss!

-Autre pratique: Aujourd’hui, l’ambiance du dîner de mariage pour les hommes a perdu de son lustre. C’est devenu un Fast-food : on liquide et on s’en va.
Parfois,il y règne un silence de morts. On a l’impression qu’il s’agit d’une Djanaza (domicile mortuaire). Les invités sont attablés, on leur sert rapidement à manger ensuite on leur remet les boîtes de gâteaux « fou9k rissanhoum!!! (sur leur tête) » et ça dure ya rabi 10 min.
A l’époque, le charme du dîner du mariage, les invités étaient bien accueillis.Aprés le dîner,ils se retiraient de la table pour passer dans une autre pièce,dans le jardin ou à la terrasse pour se voir proposer du thé ou café avec les gâteaux. A noter que les gâteaux étaient disposés dans un plateau et non pas dans des boîtes.
LE CLOU DE LA SOIREE :animation par un orchestre de musique CHAABI.
Il y a également certaines pratiques qu’on a tendance à oublier et qui se perdent tel que « Tekdim » ou alors la tradition selon laquelle on met du parfum à la jeune fille « li jib sadane », ou encore « Mharmet leftoul ou kit errouh » ou bien l’hayek.

– » El Fer Fouri  » pour parler d’une fine porcelaine; un tissu léger est « Emendwal »; celui comportant des petites pastilles se dit  » Bi Khebizet el âmbar »; le couteau se dit  » El Khedmi » ou encore  » El Boutchak »; une fine dentelle au bas d’une étoffe, c’est  » El Tcharchiff » mot d’origine Turc.
Les tamis  » El Bessasser », on y mettait à sécher  » el Makfa » et les pâtes un peu plus grosse servaient à la préparation « El Makaroune Ber’Turc ». Et puis les desserts,  » El Plaw » avec de la crème de riz et de la fleur d’oranger; « El Stladj », dessert lacté. « El Maârdjoum L’arandj », et « El Maârdjoun el Trandj » ( confiture de cédrat, la reine des confitures).

-« Dakhèl bine aâma wa aâssatou », se dit d’une personne qui se trouve toujours dans vos jambes.
– « Ma idji menek la def, la guembri » pour quelqu’un qui ne fait aucun effort.

-La serviette se disait « Mendil ».Il y avait aussi « El Béchkir », ces serviettes que l’on faisait tourner sur les genoux des convives lors des repas de fête « aâla el meïda ». » El bechkir » vous l’aviez compris, est un long « Mendil ».

– « El Plaw » est un plat de riz accommodé salé ou sucré; « El Satladj » est une crème de riz au lait sucrée, on dit aussi « Mhalbi ».
Il y a aussi  » El Palouza » crème à la maïzéna avec du lait et des amandes.

-Il y avait le nom de certaines fleurs : « El Ba a » ou Balsamine.  » Mesk el Roumi » ou Tubéreuse.  » El Ghellal » fleur très parfumée de couleur ivoire et dont je n’ai pas l’équivalent en français. « Soltane el Ghaba » le Chèvre feuille. « Salaf el 3adra » la Glycine. Et tout le monde connaît « Mesk Ellil » ou Galant de Nuit.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s