La courge-éponge.


186-416-thickbox

La courge-éponge, Luffa aegyptiaca encore appelée papengaie, loofa ou courge-torchon a beaucoup de qualités! Son nom viendrait de l’arabe égyptien (luff). Cependant une légende raconte que cette éponge végétale tiendrait son nom du berger Lufos qui surprit Aphrodite dans son bain! Il fut puni par la déesse de la beauté qui le transforma en courge

Cette éponge végétale est très recherchée pour son pouvoir exfoliant à la fois doux et drôlement efficace. Quand le louffa est intact, l’extérieur est soyeux comme une éponge et l’intérieur plus rugueux. C’est pourquoi, il est conseillé de le découper afin de pouvoir l’utiliser des deux côtés.

Comme ses fibres sont implantées dans tous les sens, un peu comme des picots, il gomme l’épiderme, stimule les tissus, active la circulation sanguine et aurait même des vertus anticellulite.

Ailleurs on l’utilise pour faire la vaisselle ou brosser et laver les légumes.

Originaire du Sud-Est de l’Asie et de l’Afrique (fibres plus résistantes) elle aime les climats tropicaux.

On les laisse grossir et sécher pour avoir de belles éponges qu’on récolte lorsque la peau est brune et dure.

Comment l’utiliser?

Si l’on choisit le louffa traditionnel, on peut le couper en morceaux afin d’obtenir à la fois une éponge pour se laver et un gant exfoliant à utiliser une ou deux fois par semaine.

Avant de s’en servir, il faut d’abord l’humidifier, car sa fibre se gonfle au contact de l’eau. Ensuite, on dépose une noisette de gel douche ou du savon afin de le faire glisser plus facilement sur la peau.

Il n’y a plus qu’à se masser des chevilles vers la taille, de bas en haut, puis par mouvements circulaires plus intenses. On s’en sert aussi sur les bras, le dos et le buste (en appuyant un peu moins sur cette zone sensible). Sa face éponge douce permet de faire mousser le savon ou le gel douche, donc de mettre moins de produit, tout en ayant la certitude d’être propre!

Publicités

Les remèdes d’antan – l’Ail :


Les Maladies traitées par l’Ail
Une source de santé extraordinaire

De-la-legende-a-la-science_rubrique_article_une

Évolution des connaissances oblige, la science démontre aujourd’hui ce que les Anciens savaient empiriquement depuis la nuit des temps, que l’ail est une source inépuisable de bienfaits. C’est ainsi que les études les plus récentes ont clairement mis en évidence ses différentes actions positives sur le système cardiovasculaire et les radicaux libres.

L’allicine qu’il contient et qui détermine sa grande résonnance olfactive est un précieux auxilaire dans la lutte contre les infarctus et autres embolies cérébrales ou pulmonaires. Ce composé spécifique s’oppose en effet aux phénomènes d’aggrégation plaquettaire qui sont à l’origine des maux précités. Il réduit par ailleurs le taux du mauvais cholestérol, responsable de l’obstruction progressive des artères.
Les radicaux Libres

Le vieillissement, les troubles cardiaques, le cancer, la cataracte sont tous des symptômes des dégâts causés à l’organisme par les radicaux libres, ces bombes atomiques du monde cellulaire. Ils abîmes les chromosones et son probablement responsables de bien des changements physiques associés au vieillissement. La plupart des métabolismes biologiques impliqués dans la production d’énergie à partir des substances alimentaires consomées par l’organisme génèrent des molécules spécifiques dénommées radicaux libres. L’action de ces molécules est extrêment dangereuse pour l’intégrité des cellules puisqu’elle se trouve impliquée dans l’apparition de cancers. Pour lutter contre ces radicaux libres, l’organisme utilise des antioxydants dont certains se trouvent à l’état naturel dans certains aliments, comme par exemple, l’ail. Des observations médicales réalisées en Chine ont ainsi démontré que la fréquence des cancers de l’estomac était jusqu’à douze fois inférieure chez les sujets faisant une grande consommation d’ail (20 grammes par jour). Des résultats tout aussi encourageants ont été enregistrés aux États-Unis où l’on a pu mettre en évidence que les cancers du côlon chez les femmes étaient réduits de moitié dès lors que le régime alimentaire incluait une consommation significative d’ail plus de 50 jours par an. Encore ne sont-ce là que deux des grandes vertus médicinales de cette plante décidément pas comme les autres qui devrait assurément faire plus souvent partie de nos menus.
Les antioxydants

Un antioxydant est quelque chose qui absorbe les radicaux libres en les rendant complets. Ils deviennent donc inoffensifs. Imaginez qu’un radical libre soit une balle hérissée de piquants. Chaque cellule entrant en contact avec cette balle risque d’être abimer. On peut comparer un antioxydant à quelque chose qui absorbe ces piquants. Laissant la balle rebondir sans danger pour les cellules. Le sélénium, le bêta-carotène, le zinc et les vitamines E, C et A sont quelques-uns des antioxidants des plus connus. Les fruits et légumes frais contiennent ces derniers ainsi que d’autres substances antioxydantes. Par exemple : la formation de la cataracte est due en partie à l’oxydation du cristallin. Ceci arrive lorsque les radicaux libres en changeant la structure. Il en résulte que la lumière ne peut plus atteindre correctement la rétine. On appelle ça la cataracte. Les recherches faites indiquent que le fait de manger beaucoup d’aliments riches en antioxydants ( l’ail ) réduit les risques de formation de la cataracte.

Utile pour traiter Fièvre Abcès Plaies
Blessures infectées Éruptions cutanées Taches
Lèpre Rhumatismes Arthrite
Goutte Sciatique Douleurs du dos

Recommandé en tant que remède pour Facilite la digestion Gonflement Crampes abdominales
Constipation Dysenterie Hémorroïdes
Vers Parasites intestinaux

employé pour ceux qui souffrent de Maux de tête et d’oreille Éîlepsie Paralysie
Urine Règles abondantes Dilatation de la rate
Vésicule biliaire Foie

considéré bon pour ceux atteints de Toux Rhumes de cerveau Bronchite
Manque de souffle Coqueluche Phtisie
Infection ou congestion des sinus Vers Verrues
Par admin

Blanchir la peau avec un éclaircissant naturel.


Blanchir la peau avec un éclaircissant naturel.
dddd

Certaines personnes se plaignent d’avoir un teint plombé, trop terne et sans éclat. Il arrive parfois que le teint ne soit pas tout à fait uniforme. Que faire dans ce cas ? Eh bien quelques recettes-maison vous aideront à éclaircir votre teint qui deviendra éclatant en quelques semaines.

Jus de citron + jus de concombre :
Mélangez à parts égales de jus de concombre et de jus de citron, puis appliquez le liquide sur le visage. Laissez agir 15 minutes avant de rincer le visage à l’eau claire. Pour préparer le jus de concombre, râpez le concombre avec sa peau avant de le presser.
Jus de citron + jus de tomate :
Ajoutez 3 à 4 gouttes de jus de citron au jus de tomate et appliquez sur le visage et sur le cou. Laissez agir pendant 15 minutes avant de laver à l’eau froide.
Jus de citron + miel :
Appliquer un mélange de quantités égales de miel et de jus de citron sur la peau et attendez pendant environ 15 minutes avant de rincer le visage.
Jus de citron + lait + farine de pois-chiche :
Mélangez une c. à café de lait, trois à quatre gouttes de jus de citron et un peu de farine de pois- chiche afin d’obtenir une pâte molle et appliquez-la sur le visage et le cou. Laissez agir durant une quinzaine de minutes et rincez. Répétez ce soin de beauté tous les quinze jours. Il améliorera votre teint.
Masque de protéines :
Après avoir laissé tremper quelques amandes dans du lait cru, faites-en une pâte que vous appliquerez sur le visage avant d’aller au lit. Laissez agir ce masque de protéines durant la nuit. Au réveil, retirez le masque à l’eau claire.
Crème fraîche + jus de citron :
Mélangez une cuillère à soupe de crème fraîche à une cuillère à soupe de jus de citron et appliquez le mélange obtenu en massant pendant environ deux à cinq minutes avant de rincer à l’eau claire.
Tranches de pomme de terre crues :
Appliquez des tranches de pommes de terre crues sur les parties du visage et du cou que vous voulez éclaircir.
LE MIDI LIBRE 14 Novembre 2011

Les Vertus Des Tisanes.


Les Vertus Des Tisanes.

jasmine_tea_flower_wellness_1

Anis : Voilà une tisane au goût délicieux qui assure une digestion confortable, favorise l’expulsion des gaz et calme l’aérophagie. Sa préparation requiert une décoction de trois minutes, à raison d’une cuillère à café par tasse. On en prend une tasse dix minutes avant le repas.

• Basilic : Cette plante très utilisée en cuisine, mais tout à fait susceptible d’être consommée en tisane, active les digestions lentes, et lutte contre les spasmes digestifs, l’aérophagie, les coliques gazeuses, les douleurs d’estomac et la constipation. L’infusion se prépare en dix minutes, à raison d’une cuillère à café par tasse. A prendre après le repas.

• Camomille romaine : Cette tisane assez amère mais néanmoins agréable est apéritive avant le repas, digestive après, et combat également les flatulences et l’aérophagie. On la préparera en infusion de dix minutes.

• Chicorée : Consommée à table sous forme de feuilles, ou en tisane sous forme de racines, la chicorée sauvage, ou Cichorium intybus, est un excellent tonique général, un stomachique, un apéritif, dépuratif, diurétique, et surtout un puissant cholérétique doublé d’un cholagogue relativement efficace. On l’indique avant tout en cas d’insuffisance biliaire, de nombreux problèmes hépatiques et dans la constipation, mais aussi en cas d’anorexie, d’asthénie, d’anémie, d’atonie gastrique, d’arthritisme, ou d’infections urinaires… On ne peut que conseiller à tous les hépatiques d’intégrer quasi quotidiennement de la salade de chicorée à leur dîner, mais également de consommer, avant chaque repas, une tasse de décoction de racines de chicorée, à raison de trente grammes par litre.

• Lavande : Cette plante odorante est calmante et antispasmodique, diurétique et sudorifique. On peut donc l’employer en cas de grippe, de toux, d’asthme, de coqueluche, d’insomnies, de migraines, de vertiges ou de rhumatismes… La tisane se prépare en faisant infuser pendant dix minutes une cuillère à café de fleurs par tasse.

• Menthe : Stomachique, stimulant du système nerveux, antispasmodique gastrique, carminatif, antiseptique intestinal, analgésique intestinal, la menthe combat très bien les gastralgies, notamment lorsqu’il y a atonie digestive, aérophagie, spasmes gastriques, flatulences, ou intoxication gastro-intestinale. On fait infuser une cuillerée de feuilles de menthe par tasse pendant dix minutes, et on en boit trois tasses par jour, après ou entre les repas. Attention : ne pas en prendre trop tard le soir, car la menthe, à trop haute dose, peut empêcher de dormir.

• Romarin : Excellent stimulant, le romarin est utile en cas de stress ou de surmenage, et convient parfaitement aux affections des voies respiratoires, aux fièvres, et aux troubles utérins. C’est aussi un hépatique de toute première qualité. Il régularise en effet aussi bien la vésicule biliaire que le foie, et facilite, de plus, la digestion. C’est, enfin, un très bon diurétique. La tisane de romarin se prépare en faisant décocter une cuillère à soupe de plante par tasse pendant au moins deux minutes, puis en la laissant infuser cinq à dix minutes.

• Sarriette : Cette plante est avant tout stimulante. On la dit même aphrodisiaque. Mais elle aide aussi à digérer les viandes lourdes et les féculents, et elle évite les fermentations intestinales. L’infusion, de dix minutes, se prépare à raison d’une cuillère à soupe par tasse. A prendre après chaque repas.

• Sauge : En tisane ou dans la soupe chaude, elle luttera avant tout contre les refroidissements et les affections des voies respiratoires, comme la bronchite ou l’asthme, mais ses autres usages thérapeutiques sont nombreux, puisqu’elle est à la fois antisudorale, tonifiante de l’estomac, stimulante, rééquilibrante du système nerveux, calmante en cas de douleurs menstruelles, fébrifuge… La tisane se prépare en faisant décocter une cuillère à soupe de plante par tasse, durant deux minutes, puis en laissant infuser cinq minutes.

• Tilleul : Cette plante calmante extrêmement connue possède des propriétés sédatives, hypnotiques et antispasmodiques. De plus, le tilleul fluidifie considérablement le sang. On l’emploiera donc en cas d’hyperviscosité et d’hypercoagulabilité sanguines, ainsi qu’en cas d’athérosclérose, et, bien sûr, d’insomnie, de spasmes… ou même de migraines (feuilles seulement). L’infusion doit être bien dosée et jamais trop concentrée sous peine de devenir excitante, c’est à dire à raison d’une pincée par tasse ; et l’on en boira deux ou trois tasses par jour, dont une au coucher.

• Thym : Ce phytothérapique aux multiples indications, est particulièrement apprécié dans les cas de toux, de bronchites, d’angines et de grippes, mais aussi comme stimulant général (physique, intellectuel, digestif…), comme vermifuge et enfin comme diurétique pour soulager la goutte, l’arthrite et les rhumatismes.

• Verveine : La Verveine méditerranéenne est la « Verveine odorante », ou « Verveine citronnelle », à ne pas confondre avec la « Verveine officinale » qui, elle, est inodore et compte de nombreux usages thérapeutiques. La Verveine odorante, par contre, bien que tout de même digestive et antispasmodique, est surtout appréciée pour ses qualités gustatives. Une infusion de dix minutes, à raison de cinq feuilles par tasse, à la fin du repas, notamment en été, pourra parfaitement remplacer un thé à la menthe.

.Préparation des tisanes
• Les bienfaits des tisanes améliorent considérablement le bien être de la personne. Pour mieux profiter et apprécier les bienfaits des tisanes, certaines plantes sont consommées, sous forme d’infusion ou bien sous forme de décoction. On peut facilement créer un petit potager chez soi, pour avoir à sa portée, les plantes bénéfiques pour la santé.
• Pour préparer une infusion, il est nécessaire de faire bouillir de l’eau, puis de jeter les feuilles ou les parties supérieures de la plante dans l’eau bouillante ; on laisse alors la plante infuser, pendant dix minutes, puis on décante. La tisane est consommée deux fois par jour.
• En décoction, on jette une poignée de plantes ou de fleurs séchées ou fraîches, dans de l’eau froide. On porte le tout à ébullition et on laisse bouillir une dizaine de minutes, on filtre la tisane avant de la boire.
• Et n’oubliez pas, il n’y a pas mieux qu’un bon retour à la nature en appréciant les bienfaits des tisanes.

Persil, menthe, basilic : les secrets des plantes aromatiques(riches en vitamine C).


Persil, menthe, basilic : les secrets des plantes aromatiques

Image hébergée par servimg.com

Le persil, la menthe et le basilic sont des plantes que l’on utilise volontiers pour parfumer un plat. Mais saviez-vous qu’elles ont aussi de vraies vertus ? La preuve ici !
Avouez que vous vous êtes déjà dit « Tiens, je mettrais bien un peu de persil dans cette assiette, juste pour faire joli ». Ben oui, parce que le persil c’est vrai, c’est joli. Mais c’est loin d’être la seule qualité de ce produit. Tout comme la menthe, la sauge ou le basilic, le persil est une plante dite aromatique et possède des vertus très spécifiques. Et nous, on s’est décidé à les détailler pour en savoir un peu plus.
Image hébergée par servimg.com

LE BASILIC
Originaire d’Asie du sud, le basilic est l’une des plantes aromatiques les plus prisées en cuisine. Il existe plusieurs variétés : basilic à petites feuilles, basilic fin vert ou basilic marseillais par exemple.
Avec son parfum mi-sucré mi-citronné, le basilic est réputé pour ses vertus anti-oxydantes car très riche en vitamines A et C.
Image hébergée par servimg.com

LA MENTHE
Employée très couramment en herbe aromatique, la menthe est un fondamental de la cuisine méditéranéenne notamment. On compte en tout 69 variétés de menthe différentes dont certaines sont très ressemblantes et possèdent les mêmes vertus.
Utilisée comme plante médicinale depuis des centaines d’années, la menthe a notamment des vertus digestives et énergétiques. Image hébergée par servimg.com

LE PERSIL
Image hébergée par servimg.com

Le persil est une plante aromatique largement cultivée à travers le monde. En cuisine, on l’utilise à la fois en garniture ou en assaisonnement.
Le persil est l’une des plantes aromatiques les plus riches en vitamines A et C (trois fois plus de vitamines C que dans le kiwi et deux fois plus que dans le citron). Autrement dit, il ne faut pas se priver, même s’il est juste là pour la décoration.

LA SAUGE
Image hébergée par servimg.com

On recense plus de 900 variétés de sauge, une plante aromatique utilisée en cuisine ou en plante médicinale dès le Moyen-âge.
Mentholée ou citronnée, la sauge possède des vertus antispasmodiques et stimulantes. Riche en oestrogènes, la sauge est aussi préconisée pour calmer les bouffées de chaleur à la ménopause.

LE THYM
Image hébergée par servimg.com

Très résistant, le thym est une plante aromatique qui pousse le plus souvent dans les régions ensoleillées. En cuisine, il est employé comme aromate ou en tisane.
On reconnait au thym des vertus contre les infections respiratoires, mais également des vertus drainantes et calmantes.
Article par Amélie ERMENAULT

L’argousier, source naturelle de vitamine C .


L’argousier, source naturelle de vitamine C

Image hébergée par servimg.com

Arbuste épineux aux branches grises, l’argousier peut aussi prendre la forme d’un arbre pouvant atteindre 3 mètres de haut. S’il se rencontre dans les Alpes ou le long du Rhin, il trouve son origine en Asie centrale. Ses ses propriétés antioxydantes sont d’ailleurs reconnues depuis le 8ème siècle par les Tibétains.
Le fruit de l’argousier se présente sous la forme de petites baies d’un rouge orangé, très riches en vitamine C. Elles en contiennent en effet, entre 200mg et 600mg pour 100g de pulpe. C’est dix fois plus que le citron.
Pressées, ces baies donneront un jus riche en flavonoïdes, en provitamine A et en vitamine E. Une fraction huileuse, constituée d’acides gras saturés et mono-insaturés, sera également retrouvée dans cette pulpe. La graine du fruit donne, pour sa part, une huile riche en acides gras polyinsaturés. Toutes les deux sont utilisées en cosmétologie.
L’argousier, un antioxydant naturel
Grâce à sa richesse en vitamine C, le jus d’argousier est indiqué pour stimuler les défenses immunitaires, en hiver lors d’une fatigue passagère, par exemple. Evitez cependant d’en boire après 16 heures, en raison de l’effet stimulant de la vitamine C.
L’argousier possède également des propriétés bénéfiques pour la peau. En cas de sécheresse cutanée par exemple, son huile est ainsi utilisée en applications externes. Elle présente également un grand intérêt pour la régénération des tissus et peut être conseillée pour aider à la cicatrisation.
A noter que la phytothérapie est utilisée en médecine traditionnelle depuis des siècles. Son efficacité et son innocuité restent toujours discutées. Et pour cause, comme l’explique l’Organisation mondiale de la Santé dans un rapport de 1998, « un nombre relativement petit d’espèces de plantes ont été étudiées pour d’éventuelles applications médicales ». Cet article s’inscrit naturellement dans cette démarche.
Source : Phytothérapie, la santé par les plantes, Vidal éditeur – Plantes médicinales, Gründ

Masques de beauté : Recettes-maison à l’huile d’olive.


L’huile d’olive est un élément très bénéfique dans les soins de la peau au quotidien. Elle contient de nombreux actifs comme la vitamine E, ainsi que l’acide oléique.

Son effet anti- âge prévient l’apparition des rides et des petites ridules. Voici quelques recettes faciles de masques faciaux :
Pour les peaux normales :
Mélangez une c. à café de lait caillé écrémé (non gras) à de l’huile d’olive vierge extra. Ajoutez une demi-cuillère à café de jus de persil au mélange. Mélanger bien les ingrédients.
Appliquez le masque sur votre visage et laissez-le reposer 15 à 20 minutes, puis rincez à l’eau chaude. Ce masque facial particulier adoucit et nourrit votre peau.
Sinon, pressez un concombre fraîchement épluché pour en obtenir le jus. Ajoutez-y une c. à café de lait caillé et une demi c. d’huile d’olive. Malaxez les ingrédients avec soin puis appliquez le masque sur votre visage et votre cou. Laissez reposer 20 minutes et rincez à l’eau froide. Ce masque facial 100% naturel procure un excellent effet nettoyant.
Masque pour les peaux sensibles :
Prenez un quart de banane bien fraîche, une c. à café d’huile d’olive et une c. de jus de concombre fraîchement écrasé. Ecrasez finement la banane et incorporez-y l’huile d’olive et le jus de concombre. Gardez le mélange sur votre visage 30 min puis rincez.
Pour les peaux grasses
Préparez une c. à café de chacun de ces ingrédients : farine d’avoine, huile d’olive et lait caillé (un peu acide). Mélangez bien ces ingrédients et ajoutez-y un peu de sel de table puis remuez délicatement.
Appliquez le masque sur votre visage et laissez-le reposer 20 minutes. Rincez à l’eau chaude. Aussi, prenez du jus de tomate fraîche, une demi c. à café d’huile d’olive et une cuillère d’amidon. Mélangez bien puis appliquez sur votre visage pour 20 min, puis rincez soigneusement à l’eau chaude.
A retenir :
Notons que la feuille d’olivier, utilisée surtout pour les soins du contour de l’oeil et la réduction des poches sous les yeux, contient des flavonoïdes antioxydant et des actifs antiseptiques et diurétiques. Comme quoi, tout est bon dans l’olivier !

Previous Older Entries